mardi 26 janvier 2016

L'office sauvage pour la vie

Non, l'office sauvage n'est pas une messe célébrée en plein cœur de la jungle. C'est une pratique tristement courante, parfaitement malhonnête sans constituer un délit pour autant, dont sont victimes les libraires (et par ricochet tous ceux qui, comme moi, dépendent de leur travail), et qui consiste à leur envoyer et leur facturer des livres qu'ils n'ont pas commandés. De la vente forcée, quoi, qui permet aux éditeurs qui ont les moyens de faire de gros tirages de faire en sorte que le livre soit bien visible partout. Un exemple, ci-dessous, reproduit avec l'aimable autorisation de la librairie Meura, à Lille, que je cite :

"Aujourd'hui, dans la catégorie "Vocabulaire de la librairie", l'office sauvage: pratique consistant pour un éditeur/diffuseur/ distributeur à envoyer aux libraires des livres qu'ils n'ont pas commandés. Ou comment s'assurer une formidable mise en place en forçant la main des libraires."







































Oui, il se trouve en l'occurrence que le livre en question est celui de Nicolas Sarkozy, évoqué parmi d'autres dans un récent billet. L'office sauvage étant à la librairie ce que le matraquage médiatique est à la presse, on ne s'en étonnera pas. On peut aussi en induire que l'éditeur, Plon, considère que le succès de ce livre n'est pas du tout assuré, et qu'il faut mettre toutes les chances de son côté ; il a des raisons de le penser. Mais c'est une pratique qui hélas n'a rien de spécifiquement sarkozien, même si elle lui va bien ; c'est devenu quasi une règle. Et c'est aussi l'une des raisons pour lesquelles les livres issus de l'édition indépendante peinent à se faire une place sur les rayons.

PS : Je découvre en écrivant ce billet que le site Actualitté publie un article sur le même sujet.

4 commentaires:

  1. Pratiques minables, d'éditeurs douteux d'"auteurs" minables et douteux pour "espaces culturels" de supermarchés et autres "relais" de gares qui en font leurs choux gras ... Libraires indépendants qui ne vendez que des livres d'écrivains et qui le faites si bien, même s'il est difficile, continuez le combat ! Merci ! (je note que Plon (ici) tient le libraire pour un client... Ce qui en dit assez long sur "l'esprit" de la maison...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est malheureusement monnaie courante.

      Supprimer
  2. J'ai commencé par sourire (et même rire) en lisant "Non, l'office sauvage n'est pas une messe célébrée en plein cœur de la jungle." , mais en poursuivant ma lecture, je suis estomaquée!
    Merci pour ces informations.
    Les "grands" éditeurs : une autre "jungle" dans laquelle il faut s'aventurer avec une machette (0_0).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui : c'est drôle mais finalement pas du tout. En tout cas c'est une pratique bien à l'image du monde dans lequel nous vivons.

      Supprimer