mercredi 13 février 2019

N'oublions pas que la nuit tombe


Je me rends compte à l'instant que ce beau billet sur Seule la nuit tombe dans ses bras m'avait échappé. Merci à Nicole Grundlinger !
C'est aussi le moment de rappeler que vendredi à 18h30 je serai à la librairie Scrupule, 26 rue du Faubourg Figuerolles à Montpellier, et le lendemain tout près encore, invité d'honneur avec Olivier Liron à Paroles d'auteur(e)s, à Saint-Clément-de-Rivière, Salle Frédéric Bazille, à 17h30.


dimanche 10 février 2019

Noirs cafés 9


Le cliché de l'écrivain trouvant l'inspiration à la terrasse d'un café est une tromperie. Je suis assis à la terrasse d'un café, le bloc-notes sur la table ; rien ne me vient, hormis un café – encore me faut-il payer pour le boire.



mercredi 6 février 2019

Nouvelles très brèves (27)


Pour raconter le premier battement de son cœur quand il la vit, aucun roman-fleuve ne sera assez long, alors une nouvelle très brève suffira.


mardi 5 février 2019

Comment vous appelez-vous ?


Tiens hier soir j'ai enregistré ça, juste après l'avoir écrit. Ne me demandez pas ce que c'est.



lundi 4 février 2019

aimez-vous



et vous
aimez-vous

tout

le grain

les mouillures

continuez de me regarder
la moiteur

les bourrelets des lèvres

le point

plus fort je n'ai pas entendu
avec vos mots à vous
votre langue
rien qu'elle

tant mieux
et le creux

allez-y
loin
et
dedans
parlez-moi encore de vous

si vous voulez
avec plaisir
celui de la parole tenue
et si l'heure veut bien sonner

et mes contractures
autour de la langue
les aimez-vous




il faut répondre mon chéri

je vais devenir méchante sinon


Julien Bosc, Le Corps de la langue, Quidam éditeur, 2016