Les singes rouges (Quidam éditeur)

 


Les singes rouges (Quidam éditeur, 2020)

Feuilleter sur le site de Quidam



Olivier L'Hostis, libraire à l'Esperluète, à Chartres, présente les Singes rouges lors de l'émission Télématin, sur France 2.



Article de Véronique Rossignol dans Livres-Hebdo (octobre 2020)

"Dans son septième livre chez Quidam, Philippe Annocque questionne en effet tout particulièrement l'identité, la créolité, le métissage dont il est issu. Mais ce sont des mots bien abstraits pour rendre compte de sa démarche, de la forme pleine d'attentions et d'incertitudes de ce beau récit en fragments qui accueille les extraordinaires souvenirs d'enfance de sa mère, dans les années 1930 en Guyane, puis dans les années 1940 en Martinique."




























Article d'Alain Nicolas dans l'Humanité

"Philippe Annocque quitte l'univers romanesque qu'on lui connaît, marqué par un fort imaginaire fictionnel puissant, pour ce portrait délicat, cette chronique tendre des origines, du paradis perdu si présent pourtant sous la plume de ce "Martiniquais délavé"."




Article de Guillaume Contré, dans le Matricule des Anges, novembre 2020

"Les Singes rouges n’est pas un roman et n’est pas non plus un témoignage, c’est un objet littéraire qui s’intéresse aux bribes du passé pour s’interroger sur l’identité familiale et personnelle, mais aussi, comme toujours chez Annocque, sur l’identité de l’écrivain, de celui qui parle."



Article de Nathalie Peyrebonne, sur Délibéré, 9 novembre 2020

"C’est un beau texte, une promenade poétique autour de la question de l’identité qui toujours commence au loin (loin d’ici, des quatre murs entre lesquels vous êtes peut-être confiné), dans les souvenirs des autres ou ce qu’il en reste."

Lire l'article entier


Billet d'Emmanuelle Caminade, dans l'Or des Livres, 22 octobre 2020

"Les singes rouges  est un livre susceptible de toucher un large public même s'il reste  très personnel et si, en entreprenant d'écrire tous ces souvenirs, en leur faisant traverser le temps et l'océan et les rendant étonnamment présents, Philippe Annocque semble surtout tenter de prendre possession d'un héritage inconnu qui s'avère une part de lui-même."

Lire l'article entier


Billet sur le blog La Viduité, novembre 2020

"Un des aspects positivement passionnant des Singes rouges est le livre de l’ombre, la version raturée, tous les repentirs malgré tout conservés par l’auteur et qui touchent à cet essentiel sans explication que seulement ainsi il parvient à nous donner à lire."



Billet de Marie Martinez, dans l'avis textuel de Marie M, 26 octobre 2020

"Il en résulte un savant et réjouissant tissage de niveaux de lecture, avec beaucoup d'humour, de délicatesse et de fantaisie. Malgré cela, le texte reste d'une apparente simplicité : un enfant pourrait le lire ou l'écouter, comme on lui raconterait des anecdotes de famille. (...)
Ce texte est un bijou de littérature. On se laisserait emporter encore pendant des centaines de pages et j'aurais encore beaucoup à en dire. Lisez Annocque !"


Billet dans l'Espadon, 31 octobre 2020

"C'est donc une histoire de racines et d'arrachements, à soi et aux lieux, aux carcans et à ce qu'on n'a pas vu mais qui vit en nous. Raconter la vie des autres pour comprendre la sienne. Qu'en ressort-il ? Plus de nostalgie que de mélancolie, mêlée de tendresse, avec la certitude que se jeter à l'eau est la seule chose à faire pour comprendre d'où l'on vient et qui nous sommes. Ou au moins tenter d'en approcher l'idée. Le paradis perdu, s'il existe, est peut-être avant tout une question de mémoire. Et de géographie. L'enfance serait alors la nostalgie du Paradis."

Lire l'article entier


Billet dans Les Notes, par TR et CB 

"Il n’y aurait que les souvenirs d’Olga, simplement rapportés par son fils, Philippe Annocque, on serait déjà infiniment touchés, attendris par la délicatesse de l’évocation de paradis perdus, de déracinements successifs, de traversées de l’océan et du temps, de changements de pays, de prénom, presque de famille. Mais la manière dont ils sont présentés, tissés, procure aussi un grand plaisir de lecture."

Lire l'article entier


Billet de Penvins, sur e-littérature

"Tout en légèreté Philippe Annocque part à la recherche de ses origines, souvenirs ou re-création, un peu des deux sans doute, il s’agit à la fois de ne pas dire ce qui n’a aucune importance pour le lecteur parce que personnel - Aller n’est peut-être pas la seule chose à dire - et de parler de l’essentiel ce paradis perdu d’où il est parti, qui n’existe pas et qui malgré tout est à l’origine de son histoire."

Lire l'article entier


Billet de Laetitia de Guiche, sur Au pouvoir des mots

"Nous sommes ce que nos parents ont été. Ce que nos grands-parents ont laissé. Et pour écrire ces quelques mots sur ce livre que j'ai décidément beaucoup aimé, j'ai regardé à nouveau quelques-uns de ces clichés pris au hasard d'une non-chronologie.
Philippe Annocque continue de m'offrir de singulières lectures, et je l'en remercie."

Lire l'article entier


Les brèves de lecture d'Addict-Culture, les choix d'Adrien Meignan

Le nouveau livre de Philippe Annocque se construit sous nos yeux. Il se compose de fragments de mémoire, celle de sa mère. Elle raconte à travers ses souvenirs son enfance en Guyane et en Martinique. Avec cela, l’auteur tisse le roman de son identité. Il ne raconte pas l’enfance de sa mère,  mais recompose plutôt son identité créole délavée. On lit ces souvenirs comme autant de témoignages sur ce qui fait la multiplicité d’une vie.

L’enfance de la mère est peuplée d’une multitude de personnes de ces territoires. C’est à la fois la dureté et la douceur de la vie que l’on lit dans ces fragments. Il se dévoile aussi un besoin fort de liberté. Avec les souvenirs de sa mère, Philippe Annocque tisse dans Les singes rouges un roman à cœur ouvert. Rien n’est caché, ce qu’aurait pu être le livre tout comme ce qu’il est : le témoignage d’une identité construite comme un puzzle. L’écriture vient recomposer le sens de son identité.



L'avis de Mots pour mots, sur Babelio

"Les singes rouges est un livre singulier, comme écrit sur la pointe des pieds, où il faut aller dénicher l'émotion derrière la pudeur du récit."

Lire l'article entier


L'avis d'Evlyne Leraut, sur Lecteurs.com

"« Les Singes rouges » est un hommage à la Mère, à la vie, au plein de la nuit de 4 h 36. Une référence ! Publié par les majeures Editions Quidam éditeur."

Lire l'article entier


L'avis de Gilles Perrotin, libraire au Marque-page, à Quintin

"Oh que c’est beau ! Un livre qui se feuillette comme un album de photos souvenirs de famille. En noir et blanc, un peu délavées, qui évoquent plus qu’elles ne racontent une histoire. A l’image de ces chapitres courts où le narrateur superpose les souvenirs de sa mère aux siens, comme une photo que l’on retourne pour vérifier la date. Un nouveau coup de cœur de cette rentrée ! Qu’on se le dise !"


L'avis d'Olivier l'Hostis, libraire à l'Esperluète, à Chartres


"L'auteur mêle les souvenirs d'enfance de sa mère aux siens, comme un pont entre les générations, souvenirs qui font ce que nous sommes, qui tissent une identité à petites touches. Loin de revendiquer une origine ou une appartenance délétère ou revendicatrice, c'est plutôt une interrogation sur ce que la vie fait de nous, sur sa manière de construire une vérité singulière, concrète, sensible."




La chronique d'Annick Ferrand sur YouTube


Lecture des premières pages par Antoine sur YouTube