jeudi 31 mars 2011

Il m’a demandé pourquoi j’écrivais des livres aussi difficiles.

Moi-même, disait-il, je dois l’admettre, j’ai accepté une fois de répondre à des questions à la radio à propos d’un de mes livres, et sais-tu quelle était la première question de l’interviewer ? Il m’a demandé pourquoi j’écrivais des livres aussi difficiles. Sa toute première question a été pour me demander pourquoi j’écrivais des livres aussi difficiles. Je n’ai pas eu la présence d’esprit de répondre comme j’aurais dû le faire, malheureusement, et je n’ai fait qu’affirmer humblement que ce que j’écrivais ne me paraissait pas tellement difficile et que, de toute façon, un peu d’effort de la part du lecteur pourrait sans doute rendre sa lecture plus agréable. L’inanité de sa question m’a décontenancé, je dois l’admettre, disait-il, et il m’arrive encore de me réveiller en me sentant hanté par le fait que je lui avais permis de me poser une question pareille.
 
Gabriel Josipovici, Moo Pak, Quidam, 2011, p. 54-55.


Commentaires

Cette question est assez simpliste, c'est vrai.
Commentaire n°1 posté par Moons le 31/03/2011 à 23h19
Le simplisme est la pensée de demain.
Réponse de PhA le 01/04/2011 à 13h51
Très beau passage.
Commentaire n°2 posté par albin le 31/03/2011 à 23h24
Je n'en suis que là pour le moment, mais déjà je peux dire que la visite de ce Moo(r) Pa(r)k vaut le détour.
Réponse de PhA le 01/04/2011 à 13h52
Oui, c'est ça qui est tuant : comment se laisse-t-on poser ce type de question ?
Commentaire n°3 posté par Gilbert Pinna le 01/04/2011 à 12h38
Coupons-lui la langue !
Réponse de PhA le 01/04/2011 à 14h00
Difficile? La question l'est aussi tant elle est... simplement bête. (Finalement le recours systématique à la cocaïne lors d'un interview n'est peut-être pas si bête? Je plaisante, je plaisante!)
Commentaire n°4 posté par Depluloin le 01/04/2011 à 18h01
Mais bien sûr ! Pourquoi donc croyez-vous qu'il est de tradition de s'enivrer avant d'entrer sur un plateau ?
Réponse de PhA le 01/04/2011 à 19h11
Commentaire n°5 posté par Moons le 01/04/2011 à 19h30
En effet, ça donne à réfléchir.
Réponse de PhA le 01/04/2011 à 19h37
Oups ! Je disais donc :
Mardi 12 avril à 20h
Rencontre avec
Gabriel Josipovici
et son traducteur, Bernard  Hoepffner
autour de
Moo Pak
Librairie le comptoir des mots
239, rue des Pyrénées
75020 Paris - M° Gambetta
librairie@lecomptoirdesmots.fr - 01 47 97 65 40
Commentaire n°6 posté par Moons le 01/04/2011 à 19h41
Comment se fait-il que je ne sois pas au courant ? Mais que font mes informateurs ?
Réponse de PhA le 01/04/2011 à 19h48
Ils t'informent
Commentaire n°7 posté par Moons le 01/04/2011 à 19h51
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire