mercredi 2 mars 2011

« démollir » (sic) Chevillard ?

Tiens, un commentaire écrit à chaud à la suite d’un article imbécile ; je ne me suis rendu compte qu’après coup qu’il fallait s’inscrire pour pouvoir le poster. Bien sûr ça mériterait un développement, mais en ce moment j’ai vraiment pas mal (un peu plus, même) de boulot ailleurs. Du coup le voici posté ici, tel quel, par mesure d’hygiène :
Mais qui est cet ange anonyme qui prétend « démollir » (sic) Chevillard avec ses deux ailes ? C’est par le manche qu’il faut tenir ton arme, bonhomme, pour parler ton style. Le rapprochement initial Beckett-Ionesco sent déjà bien sa culture lagarde-et-michardienne*. Quant à rassembler dans le même sac-poubelle les huit derniers livres de Chevillard, sans voir le virage essentiel amorcé dans Sans l’orang-outan et poursuivi dans Choir (qui à mon sens restent un peu au-dessus de Dino Egger), c’est avouer qu’on n’a à peu près rien lu de l’auteur qu’on éreinte – ce qui somme toute ne serait pas bien grave, n’avoir rien lu, si l’on avait la clairvoyance de se taire**.
Evidemment, si l’on considère que le but ultime de la littérature, le vrai "risque" (!), c’est « parler un peu de soi pour de vrai », on comprend mieux.
 
* Je ne sais pas vous, mais personnellement je n’ai jamais compris pourquoi on rapprochait ces deux auteurs.
** Un peu de silence, après tout…

 

Commentaires

J'ai lu les commentaires de l'article incriminé. Il n'y en a aucun qui ne souligne l'incurie de celui qui l'a commis. En tant que lectrice inconditionnelle de Chevillard depuis que je l'ai découvert (grâce à Jourde dans la Littérature sans estomac), j'applaudis à votre volée de bois vert et ne prendrai pas la peine de m'inscrire sur le site pour ajouter ma paire à la tête à claques de ce petit monsieur
Commentaire n°1 posté par Zoë le 02/03/2011 à 19h20
Eh bien figurez-vous que lorsque, à sa sortie, j'ai lu la Littérature sans estomac, Chevillard était le seul auteur commenté par Pierre Jourde que j'aie lu ; je ne connaissais les autres que de nom, et encore (ce qui est d'ailleurs encore le cas pour pas mal d'entre eux). Du coup j'ai tout de suite été tenté de faire confiance à Jourde (même si dans le détail je ne suis pas absolument d'accord avec tout).
Réponse de PhA le 02/03/2011 à 21h36
Eh bien, voyons... Avançons prudemment... Même si cet article comporte bien des... il n'en demeure pas moins que les romans de Chevillard me tombent régulièrement des mains depuis dix ans que je tente de le lire. Voilà c'est dit. 
(Avouez qu'il faut un certain courage, proche du suicidaire, pour approuver du bout du bout des lèvres un article du Figaro!!:)
 
Commentaire n°2 posté par Depluloin le 03/03/2011 à 11h46
Tor-Ups me souffle la réponse : prenez donc Au plafond, par exemple ; un artiste de la chute comme vous l'êtes ne peut pas y être insensible.
(Oh je ne crois pas du tout que tout soit à jeter dans les pages littéraires du Figaro.)
Réponse de PhA le 03/03/2011 à 13h47
Depluloin! vous lisez la tête en bas et vous vous étonnez que les livres vous tombent des mains!
Commentaire n°3 posté par tor-ups le 03/03/2011 à 13h39
C'est quand le livre au contraire s'élève que Depluloin le voit tomber.
Réponse de PhA le 03/03/2011 à 13h49
Dans le Figaro ? Un arti-cul-laid... Des mots découpés aux ciseaux ébréchés et recollés avec de la glu-hante.
Commentaire n°4 posté par JEA le 03/03/2011 à 15h21
je voulais laisser un commentaire aussi, mais n'y suis pas parvenue. Je dis seulement 1) d'acc sur Beckett et Ionesco, quel rapport si intime entre eux ? ;  2) qu'un article aussi mal écrit paraisse dans le figaro, eh bien... c'est alexandre jardin, non? cet espèce d'***** qui n'a rien d'autre à raconter que sa vie - c'est passsssssionnnnnant.
Je comprends qu'on délaisse Chevillard, je comprends même qu'on critique sa thèse sur la littérature, on peut tout à fait penser autrement, mais ... avant cela il faut apprendre à lire et à écrire...
Pluplu, vous devriez lire la nébuleuse du crabe, je ne vois pas comment VOUS pourriez rester indifférent à Crab.
Commentaire n°5 posté par Aléna le 03/03/2011 à 16h08
"Sans liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur." La devise du Figaro. Une référence.
Là je marque un point - au moins! :))
Ah Madame Tor-ups! Ah madame Aléna! Ah monsieur... Je déménage complètement moi! 
 
Commentaire n°6 posté par Depluloin le 03/03/2011 à 19h03
Ben tiens, c'est bien pour ça que je blâme ! Mais moi j'ai lu l'"article", les huit derniers livres de Chevillard et même un peu plus, tout Beckett ou presque et pas mal Ionesco (suffisamment en tout cas pour ne pas voir de parentés), et last but not least je signe mon billet.
(Alors comme ça vous déménagez complètement, Depluloin ?)
Réponse de PhA le 05/03/2011 à 11h35
J'ai lu aussi cet article minable. Il semble DE PLUS (DEPLULOIN déménage? Faut que j'aille lui dire au revoir!) que l'auteur n'a pas signé son article. Quelle lâcheté.
 
Commentaire n°7 posté par Ambre le 12/03/2011 à 14h07
Oui, ce n'est pas joli.
(Mais oui, rendez-vous compte : Depluloin déménage !)
Réponse de PhA le 12/03/2011 à 14h37

Aucun commentaire:

Publier un commentaire