jeudi 29 octobre 2009

comme un frère

C’est par son blog que j’ai eu connaissance du travail de François Matton. Ce que j’y ai vu / lu – car les yeux en effet y sont doublement convoqués, c’est pour cela sans doute qu’on en a deux – m’a donné l’envie d’aller plus loin. J’ai demandé à une amie, grande lectrice, si elle avait quelque chose de lui à me prêter – elle avait : c’était El, où François dessinait pour une voix autre que la sienne, celle de Renaud Camus. Puis j’ai acheté J’ai tout mon temps, rien qu’au titre je savais déjà que c’était pour moi. A mon libraire j’expliquais : « François Matton, un auteur qui dessine de la poésie chez POL ». (POL, faut-il le rappeler, est aussi – est surtout ? – un éditeur de poésie.) Ou qui écrit avec des dessins. Peu importe, c’est le même trait qui trace les deux : lettres et images. Un trait fin, je dessine et j’écris, et c’est entre les deux, la case et le texte en-dessous, que quelque chose se joue.
Autant la mer, qui vient de paraître, ressemble comme un frère à J’ai tout mon temps. Comme un frère. C’est-à-dire cet évident air de famille : même format horizontal, illustration de couverture décentrée à droite, évocation d’enfance et de transport ; même épaisseur (je n’ai pas compté les pages), et à l’intérieur même structure à trois cases, avec de temps en temps dans Autant la mer une entorse à la règle qu’on n’avait pas dans J’ai tout mon temps. Mais les frères, ça ne se ressemble jamais complètement, pour peu qu’on les connaisse un peu. J’ai tout mon temps avait quelque chose d’un recueil de haïkus graphiques, Autant la mer assume d’être aussi un récit. (Aussi – car à mes yeux il ne cesse pas pour autant d’être de la poésie. Et puis tiens, pendant que j’y pense, le haïku détourné en particule de récit atomisé, ça existe.) C’est le récit d’un jeune homme, son frère ai-je appris sur son blog, qui à l’issue de son service militaire en Guyane, s’invente une vie à laquelle la matière et la mer en paysage donne la forme d’un bateau. Tout jeune encore mais adulte quand même, dégoûté d’avance de « la société » qu’il refuse en bloc, il projette une sorte de jouet géant pour l’enfant qui a grandi avec lui – comme ça les règles du jeu seront les siennes. Peu importe que la réalisation ne soit pas, objectivement, à la hauteur du rêve ; puisqu’en fin de compte c’est le rêve qui est la vraie réalisation : à même le sol, les mains derrière la tête, le narrateur rêve, son rêve devient dessin et François le double de son frère, au visage hachuré.
(Et on aura profit à lire ce que l'auteur lui-même en dit.)



Commentaires

Un "jouet géant pour l'enfant qui a grandi avec lui", c'est un superbe éloge du rêve et de l'univers de François Matton - un des univers, puisque je n'ai lu de lui que cet Autant la mer. Et je crois que tous ceux qui auront la curiosité d'ouvrir ce livre ne le refermeront pas, pas vraiment : parce qu'il vous "saute" aux yeux.
Commentaire n°1 posté par Depluloin le 30/10/2009 à 00h27
Mon commentaire perdu dans les tuyaux d'overblog? Ah ça promet, c't'affaire...
Commentaire n°2 posté par Depluloin le 30/10/2009 à 00h31
Ah, je n'ai rien dit. Super overblog!
Commentaire n°3 posté par Depluloin le 30/10/2009 à 00h32
François Matton 4 president!
Commentaire n°4 posté par L.....................uC le 30/10/2009 à 07h12
Ah pour une bonne surprise c'est une bonne surprise !
(Il doit bien me rester un fond de rhum...) À la vôtre !
Commentaire n°5 posté par François Matton le 30/10/2009 à 10h45
Tchinnn!...
Commentaire n°6 posté par L.....................uC le 30/10/2009 à 10h58
CLING !! (bruit de la bouteille contre la coque)
Commentaire n°7 posté par PhA le 30/10/2009 à 12h00
J'ai demandé à la bibliothèque d'acheter les livres de François Matton. Je ne sais pas lequel ils vont choisir mais je suis assurée d'en lire un bientôt. Merci Philippe de nous en avoir parlé.
Commentaire n°8 posté par Pascale le 10/11/2009 à 19h26

Aucun commentaire:

Publier un commentaire