mardi 28 décembre 2021

Une (petite) année 2021 de lectures

Tiens, pour finir l’année ; les titres qui ont suscité un billet sur ce blog depuis janvier dernier :

Arlequinus Arlequinus, d’Enjoh Toe, traduit du japonais par Sylvain Cardanel, aux éditions La Ronde de Nuit.

Derrière la gare, d’Arno Camenish, traduit du suisse allemand par Camille Luscher, chez Quidam éditeur.

Isola, de Joëlle Varenne, aux éditions Médiapop.

Mon citronnier, de Samantha Barendson, aux éditions JC Lattès.

Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe, de Deborah Heissler, chez Cheyne éditeur.

La folie de ma mère, d’Isabelle Flaten, aux éditions Le Nouvel Attila.

nique, d’Ana Tot, aux éditions Louise Bottu.

Cassandre à bout portant, de Sandra Moussempès, aux éditions Flammarion.

Finir les restes, de Frédéric Fiolof, chez Quidam éditeur.

Déblais, d’Alexander Dickow, aux éditions Louise Bottu.

Détails II, suite et fin, de Marcel Cohen, aux éditions Gallimard.

Le premier souper, d’Alexander Dickow, aux éditions La Volte.

Hotel Andromeda, de Gabriel Josipovici, traduit de l’anglais par Vanessa Guignery, chez Quidam éditeur.

La mort de Masao, de Didier da Silva, chez Marest éditeur.

Tes ombres sur les talons, de Carole Zalberg, aux éditions Grasset.

Sez Ner, d’Arno Camenish, traduit du suisse allemand par Camille Luscher, chez Quidam éditeur.

La fille que ma mère imaginait, d’Isabelle Boissard, aux éditions Les Avrils.

Nous allons perdre deux minutes de lumière, de Frédéric Forte, aux éditions POL.

Autoportrait, d’Edouard Levé, aux éditions POL.

Les filles de Monroe, d’Antoine Volodine, aux éditions du Seuil.

Vie du poème, de Pierre Vinclair, aux éditions Lignes intérieures.

Esquisses de la poussière, de Jean-Pierre Le Goff, aux éditions des Grands Champs.

Plasmas, de Céline Minard, aux éditions Rivages.

Des îles, Lesbos 2020 Canaries 2021, de Marie Cosnay, aux éditions de l’Ogre.

Amoureuse ? d’Estelle Fenzy, aux éditions La Boucherie Littéraire.

Tu m’aimes-tu ? de Samantha Barendson, aux éditions Le chat polaire.

Entre les lignes, d’Estelle Dumortier et Bernard Ciancia, aux éditions La rumeur libre.

Promenades avec le déplaisant P., d’Olivier Hervy, aux éditions Denis.

On peut boire la transpiration d’un cheval, d’Antoine Boute & co, aux éditions Les petits matins.

Les joies simples, de Félicie Dubois, aux éditions François Bourin.

Remerciements, de Guy Bennett, traduit de l’américain par Frank Smith et l’auteur, aux éditions de l’Attente.

j’aurai été, de Marc-Émile Thinez, aux éditions Louise Bottu.



Je comprends pourquoi je n’ai jamais fait ce genre de billet récapitulatif jusqu’à présent : c’est très fastidieux. Notamment tous ces liens à insérer. Surtout que plus personne ne clique sur les liens.

Il faudra quand même que je le fasse aussi pour l’année 2020 ; 2020 c’était compliqué aussi pour les livres.

Et puis l’année 2019, ça me rappellera des souvenirs.

Et puis les précédentes, tiens.

dimanche 26 décembre 2021

j’aurai été

rencontré monsieur songe à la page 135 qui faisait sa promenade du matin retrouvai mon sourire de petite fille en le reconnaissant lui dis émue que j’allais mettre sous presse un nouveau recueil poétique en oubliai de trembler il me dévisage étonné comme si j’avais ressuscité

j’aurai été

Louise Bottu



C’est le quinzième « j’aurai été » de j’aurai été, de Marc-Emile Thinez, ou plutôt de j’aurai été ceux que je suis, car il aura été aussi bien Bernardo Soares, Joseph K, Julien Sorel, Bartleby, Louis de Funès, Gargantua ou même Fou trop poli (car nous avons quelques références en commun) ainsi que beaucoup d’autres et c’est paru dans la collection Contraintes des éditions… Louise Bottu évidemment.



mercredi 22 décembre 2021

Avec les Remerciements de Guy Bennett

Après les Poèmes évidents (2015), Ce livre (2017), et Œuvres presque accomplies (2019), voici que les éditions de l’Attente publient Remerciements, du même Guy Bennett (vous pouvez cliquez : il y a des billets Hublots sous les liens). Encore une fois, Bennett travaille avec l’autoréférentiel : ces Remerciements sont en effet de ceux que l’on trouve, de manière souvent plutôt convenue, en fin d’ouvrage (c’est une convention dont je m’amuse moi-même à la fin de mon petit DIRELICON, regardez à la fin si vous l’avez). Mais dans Remerciements, ils deviennent le livre lui-même ; et de fait, ce qui le plus souvent n’est qu’une formule de politesse reprend vraiment tout son sens : non content d’écrire un jeu sur la convention des remerciements, Bennett en profite pour remercier vraiment tout ceux et tout ce qui rend(ent) ce livre (et sans doute Ce livre aussi, et les autres, pourquoi pas) possible. Il en résulte un texte à mi-chemin entre hommage et art poétique où l’on est surpris, au détour d’une page, d’être presque ému par ce qu’on aurait été de prendre pour une simple blague intellectuelle.

« À ceux qui ont soutenu ce projet dès le début mais qui ont semblé s’en désintéresser par la suite : je comprends. À ceux qui ne le soutiennent toujours pas : idem. À ceux qui ne me connaissent peut-être pas, qui n’ont pas la moindre idée que j’ai écrit ce livre et qui ne le verront vraisemblablement jamais si un jour il est publié : je vous remercie quand même. Votre indifférence à mon sujet ainsi qu’à mon projet nous lie d’une façon qui me touche, me réconforte même. »

Guy Bennett, Remerciements, traduit de l’américain par Frank Smith et l’auteur, éditions de l’Attente, 2021, p. 8.




mardi 21 décembre 2021

J’ai toujours peur que quelqu’un disparaisse sans laisser de traces.

– J’ai toujours peur que quelqu’un disparaisse sans laisser de traces, dis-je.

– Comme dans une marnière, commente La Mouche.

– Une quoi ?

– Dans l’temps, on tirait de la marne en creusant des galeries dans la terre, m’explique Yvon. La marne, c’est une pierre tendre, très friable, jaunâtre, qu’on récupérait pour construire les maisons à colombages. Ils ont fermé les puits, mais avec les éboulements d’terrains, on sait plus très bien où ils étaient. Alors y a des bêtes, ou même des gens, qui disparaissent engloutis. Tu te promènes pénard, à travers champ, et hop ! t’es ensev’li.


La Mouche me tend son verre à moitié plein pour que je le resserve.



Félicie Dubois, Les Joies simples, éditions François Bourin, 2018.



lundi 20 décembre 2021

Brèves animales (66)

Que fait donc le coq avec la poule, alors qu’à l’évidence c’était la coque qui était faite pour lui ?




mercredi 15 décembre 2021

mardi 14 décembre 2021

Ma sœur imaginaire est fan de rangement japonais.

Petite, j’ai choisi d’être la banane quand mes parents m’ont dit que j’étais le fruit de leurs amours.


On est tous tellement vulnérables, c’est marrant.


Si j’étais riche, je mangerais h24 jusqu’à ce que mort s’ensuive.


J’ai pris du LSD avec des potes, on a parlé de caca toute la soirée.


Je me ronge les ongles même en temps de covid.


Si je ne tue pas les araignées c’est parce que je déteste encore plus les mouches.


Je ne suis jamais fier de ce que je produis, une raison de ne pas faire de gosses.


Être riche ça craint, être pauvre ça craint, être normal ça craint.


J’imite mes potes et eux m’imitent.


Les boîtes de nuit sont de vrais terrains de chasse ; l’alcool c’est les munitions et les filles les proies. Il n’y a pas de chasseurs car les types sont des chiens.


C’est bien vu de manger des pommes.


Je suis mariée avec deux filles, la cérémonie s’est déroulée dans les vestiaires du rugby il y a trois ans.


Ma sœur imaginaire est fan de rangement japonais.




J’ai recopié tout ça dans le dernier livre d’Antoine Boute : On peut boire la transpiration d’un cheval ; il est paru cette année aux éditions Les Petits matins, mais dans la collection Les grands soirs (comme Les morts rigolos, du même Antoine Boute). Là, c’est un extrait des pages 90-91, qui font partie de la partie intitulée « LIRE = BOIRE LA TRANSPIRATION D’UN CHEVAL = ÉCRIRE ». Dans la première partie de ce livre (intitulée « VOUS AVEZ ÉCRIT CE LIVRE ? »), l’auteur nous précise : « … j’ai « récupéré » des phrases chez des jeunes personnes croisées et en ai fait ce livre – avec ma préférée comme titre » ; alors moi j’ai écrit cet article avec des phrases d’une page de ce livre d’Antoine Boute avec ma préférée de la page comme titre), parce que « Avec des mots tout est rigolo ».



lundi 13 décembre 2021

mercredi 8 décembre 2021

Mi-Livre, Mi-Raisin

Dimanche 12 décembre dès 14 heures, je serai en dédicace au Salon Mi-Livre Mi-Raisin qui se tient à la Bellevilloise, 19-21 rue Boyer dans le 20e arrondissement, sur le stand des éditions Quidam, lesquelles, ça tombe bien, me publient depuis Liquide (avec les Singes rouges ça me fait quand même sept titres à ce beau catalogue).



vendredi 3 décembre 2021

(Il paraît qu’Olivier H. se promènerait avec le déplaisant P.)

Promenades avec le déplaisant P. est le tout nouveau livre d’Olivier Hervy, tout petit et disponible pour quatre euros seulement aux éditions Denis. C’est un recueil d’aphorismes : c’est écrit sur la couverture. Mais faut-il croire ce qui est écrit sur les couvertures ? En regardant dessous (la couverture), j’ai découvert plutôt un recueil de nouvelles, de micro-nouvelles certes mais de nouvelles quand même. Avec un héros récurrent : le déplaisant P. du titre. Et tout autour, une certes réduite mais néanmoins réelle galerie de personnages, réduits en effet eux aussi à leur initiale à l’exception d’un : le narrateur. Car il y en a un aussi, trop lisse pour ne pas être suspect, trop complaisant avec la déplaisance du déplaisant P. pour que cela ne chatouille pas notre imagination ; il faut de bonnes raisons en effet, de bonnes et fortes raisons soigneusement cachées pour accepter de se promener ainsi pendant 70 pages, autant dire une vie entière, avec un personnage aussi déplaisant que le déplaisant P. Finalement peut-être que Promenades avec le déplaisant P. n’est pas du tout un recueil d’aphorismes sur le déplaisant P. Peut-être est-ce plutôt un roman, voire, qui sait, une autofiction, dont le personnage central n’est pas le déplaisant P. mais bien plutôt celui qui trouve – quoi ? son plaisir, n’ayons pas peur des mots, son plaisir dans la plus déplaisante des compagnies.



mercredi 1 décembre 2021