samedi 31 octobre 2020

Macron et les singes rouges

Mon agent, Emmanuel Macron (je l’avais engagé à l’occasion de la publication d’Élise et Lise, pour ceux qui auraient oublié), a décidé que les librairies devaient rester fermées, les excluant de facto des commerces dit de « première nécessité ». Ça me pose question. Comment en effet expliquer les relations entre cette décision et la promotion de mon nouveau livre, les Singes rouges, dont il est chargé. La lecture des Singes rouges ne serait-elle pas de « première nécessité » ? (suis-je logiquement amené à me demander). Or il se trouve que la question se pose dans le livre même. En effet, pourquoi donner à lire au public les souvenirs de ma mère ? La question n’a cessé de me poursuivre tout au long de son écriture, au point de réécrire le livre entier en y laissant des traces de la première version, mû par cette seule conviction, confirmée par des tiers : oui, il faut donner ces souvenirs à lire. Ils me dépassent, ils dépassent ma mère.

Ils dépassent aussi Emmanuel Macron, bien sûr. D’ailleurs les librairies sont fermées mais on peut quand même y passer commande.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire