mercredi 18 février 2015

cet écart où vient se glisser une parole irréductible



Dans la Moitié du fourbi, on peut lire notamment ces lignes de Frédéric Fiolof, qui me parlent avec force :

« On cherche des clés. (…) Et puis on oublie de chercher. On se laisse prendre dans l’épaisseur, aussi dérisoire soit-elle, d’une existence à laquelle l’écriture a donné forme. Existence diminuée, sans doute, mais celle-ci et pas une autre. Quelque chose ici, au fil des carnets, au fil des mots microscopiques de Monsieur M., déjoue le savoir comme l’interprétation, se place ailleurs, dans cet écart où vient se glisser une parole irréductible. Car, en cartographiant le monde qui l’entoure de cette manière, en le traduisant en chiffres, en notes anorexiques, Monsieur M. travaille néanmoins, pour reprendre la formule de Michel de Certeau, à l’« invention du quotidien », de son quotidien. Il se réapproprie le monde, creuse peut-être là l’espace qui lui permet de naviguer entre travail, solitude et maladie. Les carnets de Monsieur M. relèvent de cette catégorie d’écrits qu’évoquait Jouannais, « qui ne ressemblent à rien », capables d’« incomplétude » comme des « pires excès ». Ils sont illisibles, au propre comme au figuré. C’est bien pourquoi il faut les lire. »



Frédéric Fiolof, La moitié du fourbi n°1, « Lisible illisible, Les carnets de Monsieur M. »


Aucun commentaire:

Publier un commentaire