vendredi 12 août 2011

l’autre chose que je veux exprimer, on ne peut pas encore la lire

Discute avec Monsieur Kolleritsch, un jeune homme silencieux au regard triste d’environ 35 ans, enseigne dans un lycée, chargé de cours à l’Université de Graz, publie la revue dans laquelle paraît mon texte, et je lui demande comment il est venu à moi, car il connaissait mes travaux – Ces travaux remontent à loin à présent, et ce que je veux écrire ne correspond plus à ce que j’ai écrit, ma conception aussi a changé – si bien que la discussion s’avère difficile, l’autre chose que je veux exprimer, on ne peut pas encore la lire, – toute situation devient ainsi pénible, quand on veut m’identifier à ce que j’ai commis.
 
Rolf Dieter Brinkmann,  Rome, regards, Quidam, 2008, p. 111.


Commentaires

(... me fait penser à cette considération sur le temps qu'il vous manquait pour écrire ce livre sur le temps qu'il vous manque pour l'écrire ... etc... )
Commentaire n°1 posté par Gilbert Pinna le 13/08/2011 à 10h45
(Le fait est que dans ce billet je laisse un peu Brinkmann parler pour moi.)
Réponse de PhA le 13/08/2011 à 10h52
C'est aussi l'impression que j'ai eu : que vous parliez! ... Bon, les écrits restent, et c'est parfois malheureux! 
 
Commentaire n°2 posté par Depluloin le 13/08/2011 à 16h26
Un livre très étonnant, un peu blog avant l'heure, précisément.
Réponse de PhA le 13/08/2011 à 22h07
Hypothétique présent, introuvable individu, illusoire identité.
Fragile écriture.
Commentaire n°3 posté par albin le 14/08/2011 à 11h54
Vie naturelle.
Réponse de PhA le 14/08/2011 à 22h05
Petit extrait très juste. Publier (donc rendre nos mots publics) n'est décidément pas une affaire simple. Le challenge est donc de les rendre intemporels afin de les assumer toujours (bon, plus facile à dire qu'à faire).
Commentaire n°4 posté par Florence le 15/08/2011 à 12h30
Et je me dis que c'est aussi dans le mouvement qu'on trouve son équilibre.
Réponse de PhA le 16/08/2011 à 20h30
@Florence, oui c'est le difficile et le merveilleux
Commentaire n°5 posté par Jean-Christophe Sekinger le 15/08/2011 à 22h57
@Pha: belle photo de fragilité naturelle (et rose)
Commentaire n°6 posté par Jean-Christophe Sekinger le 15/08/2011 à 22h58
Compagnie silencieuse du lecteur.
Réponse de PhA le 16/08/2011 à 19h26
En Autriche ? Serait-ce la revue Liechtungen ?
Commentaire n°7 posté par Dominique Boudou le 19/08/2011 à 19h23
Là je ne saurais pas te dire - sauf que c'est au tout début des années 70.
Réponse de PhA le 19/08/2011 à 21h36

Aucun commentaire:

Publier un commentaire