lundi 15 août 2011

ça pourrait déborder


Raymond Federman, Quitte ou double, Al dante, 2004, p.18-19.
 
Que Federman nous ait quittés ne l’empêche pas de lire dans mes pensées.
(Cliquez pour lire.)
(Ceux qui ont envie de savoir de quoi il s’agit peuvent aller faire un tour sur Sitaudis.)
(Merci Lydia, le beau cadeau !)

Commentaires

Ah, oui, merci.
Commentaire n°1 posté par Moons le 15/08/2011 à 22h32
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire