dimanche 12 juin 2016

Note pour plus tard

Le jour où la mort l'attendra
il ne faudra pas qu'il oublie
d'aller marcher
Pas sûr qu'elle arrive à le suivre
dans le chant des merles
et la pluie







Pour la petite histoire, je dois ce petit poème, qui au départ n'est rien qu'un statut Facebook, à une bonne crève qui m'a tenu éveillé cette nuit comme la précédente. Comme je suis très rarement malade et que je suis un homme, à chaque fois j'ai l'impression que je vais mourir ; ce qui quand on y pense n'est pas tout à fait infondé. Plutôt que de mourir au lit, à quatre heures ce matin j'ai préféré allé marcher un peu ; en fait j'ai marché beaucoup, les merles chantaient, la pluie s'est mise à tomber et moi à courir et je me suis rendu compte que j'avais laissé la mort et sa pensée derrière moi, pendant qu'en pensée je composais ce texte, que j'ai posté aussitôt rentré.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire