jeudi 24 janvier 2013

ne pas reconnaître Flaubert (addenda au billet d’hier)

J’aurais dû préciser dans mon billet d’hier qu’en plus du peu de cas de la vraisemblance dont Flaubert semble faire preuve quand il place ce meurtre de Dussardier par Sénécal sous les yeux même de Frédéric, la façon dont ces deux personnages se réduisent en final à des emblèmes sociaux était évidemment à l’origine de mes soupçons concernant une éventuelle influence hugolienne, ou à tout le moins « romantique ».
Quoi qu’il en soit c’est parce que je ne reconnais pas – pas vraiment – Flaubert que je tique sur ce passage qui ne m’aurait peut-être pas choqué sous la plume d’un autre. Est-ce à dire que je connais Flaubert pour prétendre ne pas le reconnaître ? Se pourrait-il que Flaubert soit à mon gré plus ou moins Flaubert ? Plutôt davantage Flaubert ici et un peu moins là ? Ou faut-il appeler Flaubert ce vers quoi on croit peut-être abusivement deviner qu’il aurait voulu tendre ? Et que faire alors de la disparité frappante et constante de son œuvre ?
http://flaubert.univ-rouen.fr/images/flaubert_inedit.jpg 
(Tiens, voilà qu’en cherchant de quoi illustrer ce billet, je tombe sur ce portrait controversé, où je ne reconnais pas Flaubert. Inespéré.)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire