mercredi 27 mai 2009

sur mon lit en herbe

Vlan, je m’étale sur mon lit. Du bras droit, j’attrape mon petit Sac à dos, acquis samedi aux Labyrinthes ; je l’ouvre au hasard et je lis :
« Cuisiner m’exalte.
Je possède une collection de robots mixeurs des années 50
aux formes entièrement arrondies. »
Alors je lis avant, et après.
 
 
SCHREK

 
Les Princesses créent leur propre clarté.
Les Princes les éteignent.
Ils ne marchent pas ensemble mais tuent les dis­tances.
 
Profession : Ogre gros, gras, vert.
Je porte mon humanité devant moi, je m’en défends,­
encombrant l’espace d’une anatomie trop large.
Ma nourriture est verte, je prends des douches de boue.
 
Etant fabriqué, le sang ne coule pas dans mes veines mais sur la neige
ou dans du lait.
Il y a un mélange visqueux à l’origine de tout désir.
J’ai été inventé à des échelles variables
(Hologramme, pain d’épice, image à découper).
 
Quelqu’un doit m’embrasser pour me rendre acceptable.
Une rousse aux yeux marron me conviendrait, ni belle, laide,
mais relevant de l’essence « jeune fille »
Naturellement pigmentée, elle entrerait dans ma vie instantanément.
 
Mon travail consiste à transporter le virus de la ­peur.
Porteur sain, je suis payé pour effrayer les enfants.
En cochon, je ne sens plus ma force.
Parfois, je lance mes dents en caramel dans la salle.
 
Après le spectacle, je rentre chez moi et lave mon ­costume.
Quand je touche du linge mouillé, je redeviens gentil.
Plis des draps me rassure, me rend entièrement ­calme.
 
Cuisiner m’exalte.
Je possède une collection de robots mixeurs des années 50
aux formes entièrement arrondies.
 
J’aime repasser mon déguisement en regardant les informations.
Au début, je cousais moi-même les tête de loup,
m’exerçant
avec un gant trop grand.
 
(Dans mes rêves passent Robin des Bois de liane en liane,
Thierry La Fronde et plusieurs Princes californiens en Harley Davidson sur des autoroutes ensoleillées.)
 
Quand j’étais petit on m’appelait la brebis à cause de mes pulls tricotés
au point mousse.
La brebis est le spécimen le plus absurde de la Création.
Elle ne sait plus l’après-midi ce qu’elle a brouté le matin.
 
Quitte à être un animal, je préfère être méchant en apparence
mais gentil dedans.
 
 
extrait de Shrek, de Véronique Pittolo, éditions de l’Attente, 2003.Sac à dos, une anthologie de poésie contemporaine pour lecteurs en herbe, Le Mot et le reste, 2009. 

 
De Véronique Pittolo, je ne connaissais que le nom.
Je suis aussi un lecteur en herbe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire